Rapport du Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d’Afrique

Commandé par la Conférence de l’UA / CEA des ministres des Finances, de la Planification et du Développement économique

Avant-propos

Thabo MbekiLa Commission 4ème Commission mixte de l’Union africaine / Nations Unies économique pour l’Afrique (CUA / CEA) Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique se est tenue en 2011. Cette Conférence a chargé la CEA d’établir le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d’Afrique . Derrière cette décision a été la détermination pour assurer le développement rapide et durable de l’Afrique, en se appuyant autant que possible sur ses propres ressources.

La décision a été immédiatement informé par le souci que beaucoup de nos pays ne parviendrait pas à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement au cours de la période visée se terminant en 2015. Il était également préoccupé que notre continent a dû prendre toutes les mesures possibles pour assurer le respect des priorités de développement qu’il avait définir lui-même, comme en témoigne par exemple dans le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique. Les progrès dans ce programme ne pouvait être garantie si l’Afrique est restée trop dépendante des ressources fournies par les partenaires de développement.

À la lumière de cette analyse, il est devenu clair que l’Afrique était un créancier net au reste du monde, même si, malgré l’afflux de l’aide publique au développement, le continent a souffert et continue de souffrir d’une crise de ressources insuffisantes pour développement.

Très correctement, ces considérations ont conduit à la décision de se concentrer sur la question des flux financiers illicites en provenance d’Afrique, et plus particulièrement sur les mesures qui doivent être prises pour réduire radicalement ces sorties pour se assurer que ces ressources de développement restent sur le continent. L’importance de cette décision est souligné par le fait que notre continent est en train de perdre chaque année plus de 50 milliards de dollars dans les flux financiers illicites.

Ce rapport reflète le travail que le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites a réalisé depuis sa création en Février 2012, en particulier à:

  • Développer une évaluation réaliste et précise des volumes et les sources de ces sorties;
  • Gain compréhension concrète de la façon dont ces sorties se produisent en Afrique, basé sur des études d’un échantillon de pays africains et de cas;
  • Se assurer que nous faisons des recommandations spécifiques de pratique, réaliste, actions à court et moyen terme qui devraient être prises à la fois par l’Afrique et le reste du monde pour affronter efficacement ce est en fait un défi mondial.

Il ne aurait pas été possible pour notre Groupe spécial de faire son travail sans le soutien enthousiaste de tous nos interlocuteurs que nous avons travaillé pour nous acquitter de notre mandat. Je aimerais profiter de cette occasion pour exprimer nos remerciements sincères et chaleureuses à tous ceux pour tout ce qu’ils ont fait pour contribuer à la réussite des travaux de notre Groupe. Ici, je me réfère à:

  • Les chefs d’Etat et de gouvernement et les gouvernements de tous les pays africains que nous avons visités, ainsi que le président et le gouvernement des États-Unis;
  • Les dirigeants des assemblées législatives dans nombre de ces pays;
  • La direction et le personnel des organisations internationales avec lesquelles nous avons eu affaire, à savoir:
    1.   L’Organisation des Nations Unies, à son siège de New York, ainsi que les États membres des Nations Unies;
    2.   La Banque mondiale et le Fonds monétaire international, à son siège à Washington, DC;
    3.   L’Organisation mondiale des douanes à son siège à Bruxelles, Belgique;
    4.   L’Organisation de coopération et de développement économiques à son siège à Paris, France;
  • Le Parlement européen à Bruxelles, en Belgique;
  • La société civile, y compris les milieux d’affaires, dans les pays africains que nous avons visités, ainsi que dans les États-Unis; et,
  • Les membres des médias dans beaucoup de ces pays

Nous adressons également nos sincères remerciements à la direction et le personnel de la CEA pour leur excellente contribution dans la fourniture de notre Groupe avec un soutien intellectuel et logistique expert absolument vital.

Je suis également le privilège d’exprimer ma profonde gratitude à mes collègues panélistes, provenant de toutes les régions de l’Afrique, ainsi que les amis dévoués et de principe de l’Afrique des Etats-Unis et la Norvège, qui a formé le responsable collective exceptionnelle pour ce rapport.

Toutes ces personnalités, membres du Groupe, ont travaillé avec beaucoup de dévouement, d’honnêteté et détermination à servir le peuple de l’Afrique.

Objectivement, il est pratiquement impossible d’acquérir toutes les infos sur les flux financiers illicites, en raison précisément de leur caractère illicite, ce qui signifie que les responsables prennent des mesures délibérées et systématiques pour les cacher. Cela signifie également que la CEA et toutes les personnes concernées doivent continuer à effectuer des recherches sur cette question, notamment en rendant généralement de toutes nouvelles informations pertinentes qui vont inévitablement émerger.

Malgré les défis de la collecte d’informations sur les activités illicites, l’information disponible pour nous a convaincus de notre Groupe spécial selon laquelle les grandes sociétés commerciales sont de loin les plus grands coupables de sorties illicites, suivi par le crime organisé. Nous sommes également convaincus que les pratiques de corruption en Afrique, facilitent ces sorties, en dehors et en plus au problème connexe de la faible capacité de gouvernance.

Tout cela doit être comprise dans le contexte des grandes entreprises ayant les moyens de retenir les meilleurs disponibles professionnel du droit, de la comptabilité, de la banque et d’autres compétences pour les aider à perpétuer leurs activités agressives et illégales. De même, les organisations criminelles organisées, en particulier les concessionnaires internationaux de la drogue, avoir les fonds pour corrompre de nombreux acteurs, y compris et surtout au sein des gouvernements, et même à “capturer” les Etats faibles.

Tous ces facteurs soulignent que l’ingrédient essentiel dans la lutte pour mettre fin à des flux financiers illicites est la volonté politique des gouvernements, non seulement la capacité technique.

En outre, les flux financiers illicites dont la source est l’Afrique finissent quelque part dans le reste du monde. Les pays qui sont des destinations pour ces sorties ont également un rôle dans les prévenir et pour aider l’Afrique à rapatrier des fonds illicites et poursuivre les auteurs. Ainsi, même si ces flux financiers se présentent à nous les Africains comme notre problème, action mondiale unie est nécessaire pour y mettre fin. Une telle action mondiale unie nécessite qu’un accord soit conclu sur les mesures à prendre pour accélérer le rapatriement des capitaux exportés illicitement. Cela doit notamment veiller à ce que les institutions financières qui reçoivent cette capitale ne bénéficient pas en étant autorisés à continuer à abriter pendant les périodes où il pourrait être gelé, en attendant l’achèvement des processus échéance convenue avant le rapatriement.

Cela signifie également que des mesures concrètes doivent être prises pour donner application universelle générale à ces meilleures pratiques que pourraient avoir développé partout dans le monde. Cela comprend les actions et les initiatives pertinentes qui ont été prises par des institutions telles que l’OCDE, le G8 et le G20, le Parlement européen et le Forum de l’Administration Fiscale Africaine.

Correctement, l’Organisation des Nations Unies dirige le processus à engager la communauté internationale à concevoir le programme de développement post-2015, le programme successeur aux Objectifs du Millénaire pour le développement. Comme prévu dans les Objectifs du Millénaire pour le développement, ce qui donne de la crédibilité à l’agenda de développement post-2015 exigera des attentes réalistes quant à la disponibilité de ressources pour financer ce programme-une nouvelle et véritable engagement à l’objectif de financement du développement.

Notre Comité est convaincu que la rétention de l’Afrique dans la capitale qui est généré sur le continent et devrait légitimement être retenue en Afrique doit être une partie importante des ressources pour financer le programme de développement post-2015.

Nous ne disons pas cela pour soutenir l’argument entièrement faux et intéressée contre les transferts de capitaux des riches vers les régions pauvres du monde, dont l’Afrique-un pilote historiquement prouvé de développement mondial équitable.

Au contraire, nous soutenons qu’il existe une possibilité très importante et éminemment pratique de modifier l’équilibre entre les volumes de capitaux nationaux et étrangers nécessaires pour le développement africain significative et soutenue.

La réduction radicale des sorties de capitaux illicites en provenance d’Afrique, à court d’entre eux se terminant, ce est précisément le résultat Afrique et le reste du monde doivent atteindre pour produire ce nouvel équilibre stratégique critique.

Comme un groupe, nous sommes convaincus que les objectifs de lutte contre la pauvreté dans le monde, la réduction des inégalités dans et entre les nations, et donner un effet pratique à l’objectif fondamental du droit de tous au développement restent des piliers essentiels dans le processus historique de construire un humain, la société humaine universelle pacifique et prospère.

Nous saluons cette humble rapport à nos directeurs immédiats, la finance africaine, de la planification et des ministres du Développement économique, toutes les autres autorités africains et les peuples de l’Afrique, ainsi que pour le reste du monde, comme une contribution à ce qui doit être un honnête , l’effort africain et mondial grave, concertée et soutenue pour construire un monde meilleur pour tous.

Thabo Mbeki
Président

Télécharger le rapport complet ici

X